Journal d’un médecin de brousse Juillet 2017

JOURNAL D’UN MEDECIN DE BROUSSE JUILLET 2017

Bonjour à tous. Me voilà rentré au Sénégal depuis un mois. Après un congé de 4 mois en France afin d’y subir une opération de la hanche et d’un calcul rénal.

Pendant mon absence, Bousso mon infirmier, a assuré les problèmes que nous avons pu résoudre ensemble via Skype. Il a pu acheter du crédit pour obtenir la 4G, ce qui a été très pratique.

Je vais essayer de vous résumer les principaux évènements depuis mon dernier courrier.

ALASSANE BOUSSO

Un ami lui a proposé d’utiliser des locaux adaptés pour élever des poulets .C est un élevage qui marche bien au Sénégal, chaque éleveur prévoyant les fêtes à venir – Catholiques ou Musulmanes – ou le poulet est systématiquement au menu. A tel point qu’il faille les retenir d avance et qu’en dehors de ces périodes festives il est difficile d’en trouver.

Je lui ai donc consenti un prêt de 1500 euros qui a permis d acheter 500 poussins et la nourriture nécessaire. Il y a eu quelques pertes normales et la vente s est faite à la fin du Ramadan et a rapporté 250.000 CFA soit 380 euros. Il a remboursé 305 euros et a réinvesti le reste pour une nouvelle tournée pour le 15 aout, fête chrétienne. Je voudrais qu’ensuite il passe à 1000 poulets et envisagerai l’achat d un congélateur pour qu’il puisse en vendre toute l’année.

BOUSSO PERE

S’est cassé le col du fémur au mois de mai .J ai refusé dans un premier temps toute prise en charge estimant que cette famille est déjà très assistée par l’AMPAMS  et ai conseillé un alitement .La radio montrait qu’ il n y avait pas de déplacement et était gangrenée .Au bout d un mois les douleurs étaient importantes ,les déplacements très difficiles dans une chambre exiguë sans aucun confort .La famille veut alors lui faire profiter du plan CESAME qui lui permet, compte tenu de son âge ( plus de 60 ans), de bénéficier de soins gratuits. Mais il doit payer les médicaments, les radios, la prothèse (1000€). J ai accepté de donner 200 € et leur ai demandé de se débrouiller avec la famille ce qu’ils ont réussi a faire. Intervention bien passée, il est rentré chez lui et j assume la suite : anticoagulants, antibiotiques pendant un mois. Affaire à suivre car il n arrive pas à marcher, le genou de l’autre jambe lui faisant très mal !

IBRAHIMA DEMBA

C est ce petit garçon de 7 ans dont je vous ai parlé longuement lors de mon dernier courrier.

Lorsque je suis rentré en France en février il était sorti de l hôpital et logeait à proximité, chez des amis avec un suivi tous les deux jours pour une rééducation et les pansements. je réglais chaque semaine les ordonnances, n’étant plus là, ils ont emprunté 150€ que je rembourse maintenant.

A mon retour je l ai revu chez sa tante à M’bodiene, porteur d’un corset, toujours très affaibli avec une plaie à la cuisse encore suppurante. Je n’y comprends plus rien d autant plus que je n’ai jamais reçu de compte rendu et que les contacts téléphoniques sont affligeants ! Il m’inquiète beaucoup, Il est très attachant ne se plaint jamais et est entouré par une famille pleine de tendresse et d amour. La mère ne s en occupe pas, vivant ailleurs, et c est sa tante et le cousin Ousseynou Ndiaye 23 ans qui s en occupent. Ousseynou fait une licence de philo et le soir fait des parpaings pour se payer ses études et aider sa mère. Je l’ai amené aujourd’hui chez un ami pédiatre à Mbour pour essayer d’éclaircir ce problème. Il va rester dans sa clinique le temps nécessaire pour essayer de réunir les bilans faits à Dakar et porter enfin un diagnostic.

Je vois aujourd’hui le petit frère d Ousseynou 14 ans avec une péritonite. La famille n’a plus un sou, je l’hospitalise à Mbour où il va être opéré mais il faut d abord acheter tout ce dont le chirurgien a besoin (200€). Si je n étais pas la que deviendrait cette famille !

EMILIE SARR

Mère de trois enfants scolarisés, mari au chômage, se débrouille pour « la dépense » quotidienne en vendant des légumes. Elle n’a pas payé la scolarité des enfants depuis 7 mois et ils vont être expulsés de l’école. Je règle la facture de 95000 cfa (145€)

MAMADOU SANE

Travaille dans une station service où il s’occupe de l’entretien courant des voitures. C’est un bon mécano passionné par son boulot. Beaucoup de gens lui confient des réparations compliquées et il voudrait se mettre à son compte estimant qu’il a une clientèle assurée et un local à sa disposition chez son frère. Il a besoin d’un outillage de qualité. Je lui consens un prêt de 500.000 CFA (763€) remboursable chaque mois à raison de 30€.

DAOUDA BOUSSO

N’a pas cherché à exploiter son diplôme « licence de tourisme », engagé dans l’équipe de première division de football du Sénégal.

Pense qu’il sera acheté par un club européen. Il n’a pas été retenu cette année en raison de sa blessure. Il doit retourner dans son club en septembre, en attendant il n’a rien pendant cette période de vacances et je lui accorde une aide de 45 € par mois.

CHANTAL TIARE

C’est l’aveugle, elle se débrouille avec la vente de boissons fraiches. En périodes de vacances scolaires elle ne fait plus les sorties d’école ou elle vend des petites glaces de sa fabrication. C’est dur d’après ce qu’elle me dit mais elle continue à recevoir les allocations pour les études de ses enfants bien que ce soit les vacances.

JO THIAM

Cherche toujours du travail à Dakar. Il fait des petits boulots chez ORANGE. Je lui envoie toujours 120€ par mois pour sa nourriture et son transport. J’espère diminuer cette aide en fonction de ses gains personnels.

AWA BOUSSO

Passe son examen d’aide infirmière ce mois-ci. Elle compte me dédicacer son diplôme !

J’attends les résultats et surtout qu’elle trouve ensuite du travail ce qui va être une autre paire de manche !

MARIE NDIAYE

C est une brave grand mère qui s occupe de nourrir avec difficultés ses petits enfants dont elle à la charge. Une de nos donatrices m’a demandé de lui accorder 30 € par mois.

Voila chers amis les cas les plus importants. Je ne travaille plus dans les dispensaires mais reçoit beaucoup de visiteurs chez moi pour des consultations, des conseils et pour obtenir des médicaments que je ramène de France où que les résidents m’apportent. La récolte est moins bonne et je suis amené à en acheter souvent.

Toutes ces aides seraient impossibles sans les dons que je reçois de vous et en particulier de la Fondation LEMARCHAND des magasins NATURE ET DECOUVERTE.

Merci à vous, merci à eux.

Docteur Michel Artignan

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *