Journal d’un médecin de brousse décembre 2015

Me voilà de retour à M’Bodiène depuis le 30 octobre, heureux de retrouver ma maison et mon petit univers. Je n’ai pas repris d’activités médicales officielles mais beaucoup m’attendaient avec impatience. Pour la plupart ce sont des patients que je traite depuis des années, d’autres que j’aide pour leur survie ou pour leurs études. Soit ils viennent chez moi, soit je vais chez eux ce qui me permet de voir à quoi ressemble vraiment la misère.

Comme d’habitude, je vais reprendre un par un les gens que vous connaissez déjà.

Anne-Marie DIOME : citée en juin 2014. Cette femme âgée vit avec sa fille et ses 2 petits- enfants. J’avais été averti en France qu’elle n’était pas bien, voire mourante. Je me doutais qu’il y avait un problème de nourriture et avais envoyé de l’argent. Lorsque je suis allée la voir, elle avait été recueillie par de la famille et contrairement à ce qu’on avait diagnostiqué (AVC), ce n’était qu’une grosse faiblesse provoquée par la dénutrition. Elle va mieux et est même rentrée chez elle.

imageSerigne N’DIAYE (photo). Très grande misère provoquée par la maladie. Vous connaissez ce patient atteint d’une hyperthyroïdie rebelle. Pendant mon absence il a arrêté de prendre son traitement faute de moyens. Sa maladie s’est aggravée et il va falloir lui enlever la thyroïde. Auparavant il va falloir le rééquilibrer sur le plan thyroïdien et cardiaque. Cela implique des contrôles biologiques fréquents (64 €) plus les déplacements. Nous avons négocier l’intervention à 100 000 cfa soit 150 € en espérant qu’il n’y aura pas de dépassement, ce qui m’étonnerait beaucoup ! Bien entendu, je dois aussi nourrir sa famille car il est dans l’incapacité de travailler depuis plusieurs années. Son rêve une fois guéri est d’avoir un âne et une petite charrette pour faire le transporteur. Je lui ai promis que nous ferions le maximum pour le réaliser. Je suis cependant bien inquiet sur son pronostic vital. Sur la photo publiée avec son accord, vous le voyez avec son repas de midi !

Anne-Marie MENGUY, jeune fille rentrée en 2ème année de licence d’espagnol, que nous prenons en charge en partie depuis un an. Nous lui octroyons une somme de 45 € /mois pour sa nourriture.

Paul-Martin MENGUY, que nous suivons depuis plusieurs années est rentré en 3ème. Il reçoit chaque mois la somme de 40 €, à la fois pour payer sa scolarité mais aussi son transport quotidien.
image

Chantal TIARE. C’est la jeune femme aveugle à qui nous avions acheté un frigo-congélateur pour qu’elle puisse vendre des boissons glacées. Résultat très positif mais sa maison n’était pas clôturée ce qui gênait les clients désireux de venir boire chez elle des boissons alcoolisées.
Beaucoup ne désirent pas être vus et la construction d’un beau mur lui a amené bien des clients.Elle prépare des petits amuse-gueule, a acheté des sièges placés sous un arbre. Elle m’a dit avoir réussi à économiser 150 € cet été. Elle fait également des petites glaces qu’elle vend aux enfants à la sortie de l’école.

Jo THIAM. Est rentré en troisième année de son école d’ingénieur informaticien. Les résultats de son examen de fin de seconde année ont été très bons. C’est l’étudiant dont la prise en charge est la plus lourde car ses parents n’ont aucun revenus : scolarité, nourriture, déplacement dans Dakar, abonnement Internet. Au total, près de 190 €/mois.

image

 

Aïda DIENE (photo). Petite fille, que vous connaissez, atteinte d’une maladie de Hirchprung. Finalement, le prix de l’intervention avait été revu à la hausse : 305 € que j’ai acceptés et donnés. L’enfant a été convoquée pour l’intervention mais le chirurgien était absent ! J’ai dit à la famille que je ne donnerais pas un sou de plus et pour l’instant, pas de nouvelles. Le mois prochain nous en saurons plus.

 

image

 

Awa BOUSSO (photo). Jeune fille de 22 ans, sans activité et très dépressive depuis la mort subite de son frère aîné qui l’hébergeait.

Son rêve : faire des études d’infirmière. Je l’ai acceptée et elle nous coûtera environ 110 €/mois. Son moral est au beau fixe.

 

 

Souleymane. Ce jeune homme a réalisé une tenue maraîchère. Il faut bien entendu arroser tous les jours et donc puiser ce qui, comme son nom l’indique, est « épuisant » ! Nous lui avons offert une motopompe thermique pour la somme de 305 €.

PONT DE SAKHOR. Lorsque nous avions refait le pont qui relie l’ïle au continent, nous avions dû utiliser une partie des vieilles planches qui n’ont pas résisté. Il faut en changer 70. C’est un gros chantier car il faudra amener tout le matériel : groupe électrogène, perceuses, etc… Les amis français qui étaient venus en 2012 faire le travail reviennent début janvier. Vous pourrez suivre l’aventure en tapant « Pont de Sakhor ».

C’est grâce à Renée CROUAN et à ses amis de l’association ATSCAF44 que nous pouvons en partie financer ces travaux. Aussi bien entendu, grâce à la fondation LEMARCHAND de « Nature et Découvertes » qui nous aide avec beaucoup de gentillesse et de générosité.

SAKHOR. L’île souffre toujours d’un manque d’eau. Nous avons déjà réalisé deux puits qui donnent peu. En partenariat avec un ami, Jean-Pierre MARIOT, président de l’association ATD35 spécialisée dans les problèmes d’accès à l’eau, nous allons en janvier creuser deux nouveaux puits.

Gilbert DIOKEL. Vous connaissez ce jeune homme de 25 ans qui avait un bégaiement dramatique et que nous avons fait rééduquer avec un résultat extraordinaire. Il a été reçu à sa licence de Sciences Naturelles et fait un Master d’Analyses physico-chimique et Management de la qualité des produits de santé et des aliments. Ce master va durer 2 ans mais coûte cher. Il a reçu 1202 € pour cette année et aura 1500 € l’an prochain. J’aimerais vous faire partager sa joie lorsque je lui ai remis cet argent.

Je ne vous citerai pas toutes les actions ponctuelles que j’ai effectuées grâce à vous : nourriture, médicaments et si je mets un point d’honneur à faire figurer les sommes dépensées, cela signifie que j’ai toujours besoin de vous pour aider des gens méritants mais bien souvent démunis.

En allant sur notre site AMPAMS.org, vous trouverez comment nous aider. BONNE ANNEE A TOUS !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *