Journal d’un médecin de brousse mai juin 2015

L’hivernage approche et dans 2 mois je serai rentré en France pour 3 mois.

Je n’ai toujours pas repris d’activités médicales suivies au dispensaire de Joal et me contente de résoudre matériellement les cas les plus graves.

Adama diarraAdama DIARRA est une jeune femme de 30 ans qui a eu une polio dans sa jeunesse et a une jambe complètement atrophiée. Je l’avais connue il y a 12 ans et lui avait fait faire une prothèse qui lui permettait de marcher et d’avoir une petite activité commerciale. La prothèse est complètement usée et j’ai dû lui en refaire faire une autre. J’ai dépensé 100 000 cfa (150€).


Maison fat ou

 

Fatou « LEGUMES » est une petite femme très courageuse avec 6 enfants en bas âge. Elle vit misérablement dans une petite case en paille.

Fat ou légume

 

Elle a réussi à trouver un peu d’argent pour se faire construire une petite pièce de 6 m X 6 m en dur. J’ai financé le toit en tôle et le crépi pour 50 000 cfa (76 €).

 

 aida diengAïda DIENG, dont je vous ai parlé à plusieurs reprises, doit être opérée d’une maladie de Hirschprung. J’ai négocié l’intervention à 90 000 cfa (137 €). La maman a été convoquée à 4 reprises à Dakar et l’enfant n’est toujours pas opérée. Chaque voyage coûte 10 000 cfa (10 €), dépensés donc en pure perte.
J’ai dit que je donnerai pas un sou de plus et ai exigé que la mère dépose une plainte auprès du Directeur de l’hôpital.       Je suis dégoûté par le manque d’humanisme et du je « j’menfoutisme » de certains médecins.

Fatou DIOUF, petite fille de 5 mois, déjà citée. A été opéré d’une imperforation anale. Elle a une malformation cardiaque qui, en principe, devra être opérée, mais qui semble s’améliorer. Elle a fait cependant une bronchite sévère qui a entraîné une détresse respiratoire et j’ai dû l’hospitaliser à Dakar en réanimation infantile. Je n’ai financé que les déplacements car les enfants atteints de malformations cardiaques semblent pris en charge par l’état. Heureusement car je serais incapable d’assumer une telle dépense.

Gilbert diodesGilbert DIOKEL, jeune homme sympathique dont je vous ai souvent parlé et qui présentait un bégaiement épouvantable et a merveilleusement réagi à une rééducation. Il a été reçu à sa licence de sciences nat’ qui le destinait au professorat. Il rêve de faire un master « d’analyses physico-chimiques et de management de la qualité des produits de santé et des aliments ».
Les débouchés sont multiples et j’ai une grande confiance en lui. La formation, limitée à quelques étudiants, dure 2 ans et coûte 1 000 000 cfa, soit 1500 €. Je vais lui donner mon accord.

J’ai encore bien des demandes et des projets et ai toujours besoin de vous.
Je vous rappelle que L’AMPAMS vous donne la possibilité d’une déduction fiscale de vos dons.

Je suis retournée à Sakhor, l’île dont j’ai refait le pont grâce à la Fondation Lemarchand des magasins « Nature et Découvertes ». Nous avions utilisé une partie des vieilles planches et 70 d’entre elles sont à changer. Il n’est plus possible d’accéder au site en voiture avant la fin décembre, les pistes étant impraticables. Les travaux seront financés par l’ATSCAF (http://www.atscaf44.fr/) et seront réalisés en 3 ou 4 jours par les amis français qui m’avaient aidé pour sa construction.

J’avais acheté un congélateur solaire qui n’a jamais bien marché, au grand désespoir de la famille à qui je l’avais laissé et qui se faisait un peu d’argent en vendant de la glace et des boissons fraîches. J’ai réussi à en négocier un autre et ai financé moi-même la différence en estimant que ce n’était pas à l’AMPAMS d’assumer cette dépense.
Le congélo marche bien, le moulin à mil également……….

A très bientôt, amitiés à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *