Journal d’un médecin de brousse mars 2014

Bonjour,

J’ai pris beaucoup de retard pour vous tenir au courant de mes activités au cours de ce mois, relativement calme sur le plan médical.
Il est vrai que j’ai fait une semaine de grève …!
Et oui, il m’est arrivé ce que je redoutais un peu depuis des années, à savoir la jalousie. Au dispensaire de Joal où je travaille le plus, il y a un médecin chef de district, un médecin-adjoint et moi-même qui depuis des années fait le travail médical des différents médecins-chefs qui se sont succédés depuis que je suis ici, c’est-à-dire 16 ans.
Ils ont ainsi plus de temps à consacrer à leur partie administrative.
Le médecin-adjoint est un jeune, arrivé depuis un an et manifestement très jaloux de mon implantation au sein de la population. Il a donc déposé plainte contre moi et mon assistant Bousso car j’avais donné à un patient un médicament antalgique périmé d’une semaine ! J’ai été convoqué à la gendarmerie devant un commandant récemment arrivé et qui ne me connaissait pas. J’ai été traité comme un délinquant potentiel.
J’ai donc fait savoir à la population que je cessais le travail et pour quel motif. L’indignation et la colère des gens a été immédiate et le président du Comité de Santé ainsi que le maire de Joal sont venus me demander de rester et ont accepté mes conditions, à savoir une liberté totale dans ma façon d’exercer.
N’ayant pas la citoyenneté sénégalaise, j’ai une position bâtarde qui m’expose de ce fait à des poursuites pour « exercice illégal de la médecine ». Il est vrai que je suis couvert par l’hôpital et que j’exerce à titre bénévole.
Quoiqu’il en soit, tout s’est arrangé et j’ai repris le chemin de l’hôpital.

Parallèlement, je dois vous dire avec beaucoup de modestie que j’ai eu la surprise d’apprendre à Pâques qu’à la demande de l’ancien ambassadeur de France j’avais été promu chevalier de la légion d’honneur pour mes actions au Sénégal.
Je tiens sincèrement  à partager avec vous cet honneur, qui vous revient autant qu’à moi, car sans votre aide rien ne serait possible. MERCI.

Astou DIOP, cette aveugle dont je vous ai parlé le mois dernier, a été opérée.
Le 1er oeil n’a pas posé de problème mais il n’en est pas de même pour le second. Elle doit retourner régulièrement voir l’ophtalmo ce qui entraîne d’importants frais de déplacement sur lesquels je ne comptais pas. En principe, tout devrait s’arranger.

Ndagane DIOUF 2

Ndagane DIOUF, ce jeune homme, sur les conseils et avec l’aide de notre ami Gérard Touzé, a crée une tenue maraîchère.
Ndagane DIOUF1Le résultat est impressionnant. Il avait besoin d’engrais et nous lui avons octroyé une somme de 60 €.

 


Anne-Marie MENGUY
, est une jeune fille dont nous avons payé les études secondaires. Elle est rentrée en faculté et espère une bourse. Nous lui octroyons une somme de 30 € par mois pour sa nourriture et son transport.

Omar GUEYE, cet enfant opéré d’une ostéomyélite du fémur est toujours avec son matériel d’ostéosynthèse. Nous faisons tous les deux jours ses pansements à domicile et le traitons depuis des mois avec des antibiotiques.

puit ndiaroneLe puits de NDIARONE. Un ami, le Docteur Omar ABDESSALAM, nous avait remis de l’argent avec comme mission de construire un puits. J’ai trouvé à Ndiarone, petit village de brousse, des gens qui attendaient cela depuis longtemps. Ils se voient déjà avec manguiers, citronniers et tenue maraîchère.
Je vous tiendrai au courant de la suite, c’est pour cela que j’ai fait une photo de l’endroit avant !

Joseph ThiamJoseph THIAM, notre étudiant en informatique dans une université catholique m’a envoyé sa photo en uniforme de l’école avec l’ordi donné par Jérôme et Laurence Garamond. Cette discipline vestimentaire me conforte dans une impression de sérieux de l’école.

 

 

 Au mois prochain, et encore merci de votre soutien à tous.

Une réflexion au sujet de « Journal d’un médecin de brousse mars 2014 »

  1. Je suis attristé par l’action de cet homme qui s’est laissé emporter par jalousie pour aller porter plainte contre un confrère sans même s’informer sur la différence éventuelle entre date de péremption et date d’utilisation utile.
    Sachant que Danone commercialise pour n’en citer qu’un ses yaourts avec des dates de consommation limite de 30 jours pour la métropole et 50 jours pour l’outremer(http://www.europe1.fr/Economie/Des-dates-de-peremption-plus-longues-1541731/).
    Il y a d’autres étude qui ont été faites aux USA sur les médicaments et il s’est avéré que selon la composition certains avaient après 30 ans une efficacité de 90%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *