Journal d’un médecin de brousse novembre 2013

Bonjour à tous,

J’ai pris du retard pour écrire ma lettre, débordé par mes activités médicales, les visites d’amis, de donateurs et de demandeurs qui viennent m’exposer leurs problèmes avec l’espoir d’obtenir une aide.
C’est la rentrée scolaire et les études sont payantes. Il faut payer le mois d’octobre et le mois de juin à venir, dernier mois de l’année scolaire que les gens ont trop tendance à « oublier » d’où l’obligation de le payer dès maintenant !
Ceci pour vous dire que j’ai aidé plusieurs familles pour inscrire leurs enfants en primaire (5 000 F – 8 €) et de jeunes étudiants pour leur inscription à l’université (25 000 F – 38 €).
J’ai donné à Daouda Bousso 120 000 F (185 €) pour s’inscrire à une formation. C’est parait-il un joueur de football très talentueux et il espère par ce biais se faire remarquer de sélectionneurs. N’ayant aucune ressource, il pourra avec cet argent se loger chez un ami qui a une chambre à l’université. Je l’ai prévenu qu’il devait se débrouiller pour le reste.

J’ai été très déçu par un étudiant dont je payais les études dans une école d’infirmiers. Il s’agissait de Charles Diouf, cité dans mes précédents journaux. Il a bénéficié de 4 ans d’études et nous étions étonnés de ne pas avoir les résultats de ses examens passés au mois de juillet. Après enquête, il s’avère que depuis 2 ans il ne suivait plus ses cours ce qui ne l’empêchait pas de venir chercher chaque mois les 55 000 F (85 €) que je lui octroyais, l’administration de l’école étant complice et lui fournissant des résultats très satisfaisants ! Il a passé le concours mais bien sûr, a été collé.
Difficile de tirer des leçons de cet échec. Je crois que cela fait parti des risques que nous devons prendre dans ce type d’entreprise et ce n’est pas une raison pour baisser les bras.

Notre site internet ampams.org est désormais en ligne. Le journal y sera publié et vous aurez la possibilité de donner vos commentaires. J’en serai très heureux car j’ai souvent envie d’avoir des conseils sur les décisions que je dois prendre.

Émilie Sarr : j’en ai parlé en janvier et mars. Son mari n’a toujours pas touché de salaire et ce depuis plusieurs mois. Ils sont 6 ou 7 à la maison. Je lui avais donné de l’argent en mars pour créer un petit commerce qui lui a permis de tenir quelques mois. En août, pendant mon absence, elle est tombée malade et a dû arrêter son commerce et a bouffé l’argent avec les médicaments. Elle a même contracté une dette de 50 000 F (78 €) qu’elle ne peut rembourser. Je lui donnerai 10 000 F/mois (15 €) pour assurer le remboursement . Je lui avais remis 20 000 F (30 €) pour redémarrer un petit commerce. C’est insuffisant et je compte rajouter 30 000 F (46 €).

Pas de cas médicaux graves ce mois-ci ; essentiellement des demandes d’aide alimentaire.

Le mois prochain, il faudra que je vous sollicite à nouveau pour remplir mes caisses…. j’en suis malade !

Au mois prochain donc et bonnes fêtes de fin d’année à vous tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *